Aggravation du déficit commercial à fin février

« Le déficit commercial s’est aggravé au cours des deux premiers mois de 2014, pour atteindre 1 911,9 millions de dinars (MD), en raison d’un grand déséquilibre enregistré au niveau des échanges commerciaux, avec des exportations évaluées à 4 512,9 MD et des importations de l’ordre de 6 428,8 MD », selon l’Institut National de la Statistique (INS). Le déficit était de l’ordre de 863,2 MD en janvier 2014 et de 1 538,2 MD, à fin février 2013. Les derniers statistiques publiées par l’INS (Janvier-Février 2014), montrent que les exportations n’ont évolué que de 2,7% au moment où les importations progressaient de 8,3%, par rapport à la même période en 2013.

Il en ressort que le déficit enregistré au niveau des échanges commerciaux de la Tunisie, résulte d’un solde déficitaire avec l’Espagne (124,5 MD), l’Italie (167,2 MD) et la Chine (442,9 D).

Hausse fulgurante des importations énergétiques

La hausse des importations est dûe à l’augmentation des importations du secteur énergétique de 51,7%, en raison de nos achats de pétrole brut (261,3 MD, contre 147 MD) et de gaz naturel (319,5 MD, contre 95,3 MD), ainsi que des matières premières et produits semi-finis de (+3,5%).

Toutefois, l’INS a fait état de la régression des importations de produits de consommation non alimentaires (3,2%), des produits d’équipement (2,3%) et des produits alimentaires (1,1%).

Chute de ventes de l’huile d’olive de 79,7%

S’agissant des exportations des produits agricoles et alimentaires, elles ont régressé de 36,4%, vu la chute des ventes de l’huile d’olive de 79,7% (45,4 MD à fin février 2014, contre 224,1 MD durant la même période de 2013).

La progression plus modeste des exportations, à fin février 2014, résulte de l’accroissement des exportations des secteurs de l’énergie (14,2%), suite à une amélioration des ventes de produits raffinés (295,9 MD, contre 149,1 MD à fin février 2013), des phosphates et dérivés (15,4%), des industries manufacturières (16,9%), des industries mécaniques et électriques (7,1%) et des industries du textile-habillement et du cuir (3%).

Au niveau du régime off shore, les exportations ont légèrement régressé à fin février 2014 (4,3% contre 4,9 à fin février 2013), et les importations ont préservé le même rythme (5,3%).

De même, les exportations ont diminué de 0,2% (+12% en 2013). dans le régime général, alors que les importations ont enregistré un bond de 9,6%, durant les deux premiers mois de l’année 2014 (+3,6% à fin février 2013).

Augmentation des importations de Grande Bretagne et d’Italie

Selon la répartition géographique des échanges, les importations vers l’Union européenne (UE) ont évolué de 2,2%. Les importations provenant de la Grande Bretagne ont cru de 14,4% et de l’Italie de 11,6%, alors que ceux en provenance de l’Espagne, de l’Allemagne et de la France ont régressé respectivement de 2,3%, 4% et 4,9%.

L’accroissement des exportations nationales vers l’UE n’a été que de 1,6% à fin février 2014 et résulte de l’amélioration des ventes vers l’Allemagne (25,1%), l’Italie (12,6%) et la France (2,8%). La Tunisie a réalisé, également, une bonne performance de ventes vers la Russie (31,1%) et la Chine (35,3%).

En revanche, les exportations vers les Pays-Bas et la Grande Bretagne ont baissé, respectivement, de 22,9% et 14%. Même constat, pour les marchés de la Libye, la Turquie et l’Espagne, dont les ventes ont fléchi, respectivement, de 28%, 34,9% et 41,9%.

La Tunisie dispose, actuellement, d’un solde excédentaire avec la France (153,2 MD), les Pays-Bas (159 MD) et la Libye (140,3 MD).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.